Le domaine de la recherche et des connaissances concernant la couleur est vaste, si ce n'est infini. Universelles dans le temps et dans l'espace, elles semblent un sujet particulièrement complexe à traiter par une approche englobante. Une exposition linéaire et exhaustive est ainsi à exclure. L'objectif n’est pas d'être exhaustif dans la présentation des connaissances liées à la couleur, mais de tendre vers l'exhaustivité dans la représentation des approches qui y sont liées, qu'elles soient artistiques, scientifiques ou sociologiques.

Nous préférons ainsi proposer différents itinéraires que le visiteur sera amené à choisir, en considérant ce dernier comme actif dès le début de sa visite. Ces itinéraires correspondent à de grandes thématiques reliant les couleurs et les hommes, tels que la perception des couleurs, les couleurs de nos cultures ou encore couleur-lumière / couleur-matière.

Le musée sera fait de manière à ce que le visiteur commence par l'approche de la couleur qui lui convient le plus, puis soit amené par des salles de transition à aborder d'autres problématiques concernant les couleurs. Au coeur des chemins proposés, certaines salles seront ainsi propres aux thématiques abordées, tandis que d'autres permettront de faire des ponts vers les autres approches.

Ce découpage permet de dépasser trois problématiques centrales de ce musée. D'abord, ces chemins sont avant tout vecteurs de pluridisciplinarité, d'approches croisées et d'éléments de connaissances complémentaires. Cette démarche permet en outre de placer les arts plastiques au même niveau que les autres disciplines. Le MC n'est pas un musée de la couleur dans l'art. L'idée est de susciter du dialogue entre les disciplines, pour que les différents savoirs s'interrogent, se nourrissent, et se complètent.

Deuxième intérêt : ces chemins permettent de croiser les approches historiques et contemporaines de la couleur, liant des héritages et pratiques culturelles, artistiques ou sociales aux interprétations et usages contemporains, ceux-ci même qui influencent le regard que nous porterons demain sur les couleurs. Si chaque chemin inclura une perspective chronologique, ce n'est pas ce qui guidera l'ensemble de la muséographie selon une trajectoire linéaire.

Enfin, au coeur de ces chemins peuvent se croiser les différents niveaux composant l’expérience muséale : niveaux documentaire, ludique / didactique et expérimental. Ces différents niveaux se traduiront par une place de la parole et du dialogue différente. Peu ou pas de mots pour l'expérience, de l'échange si possible vocalisé pour le didactique, et quelques mots bien choisis pour le documentaire, en ajoutant la possibilité d'approfondir pour les plus curieux.

Les premières esquisses de ces chemins seront discutées au sein du comité scientifique.

 

 

Joomla templates by a4joomla